Index > Expérimentation artistique

Expérimentation artistique

Depuis quarante ans, TAMAT soutient des artistes du monde entier grâce à sa bourse de recherche et les accueille dans ses ateliers. Ce programme encourage le décloisonnement des disciplines et incite les boursiers à s’appuyer sur les ressources mises à leur disposition au musée.

Le développement des appels à projets à destination d’artistes est un phénomène international, en constante expansion. Un des axes majeurs de TAMAT consiste, depuis 40 ans, en l’accompagnement et le soutien de la création émergente en offrant des bourses de recherche artistique. Le musée offre depuis 40 ans un espace de création pour une sélection d’artistes toutes disciplines confondues, qui souhaitent développer un projet au sein d’un lieu culturel, le tester et le partager avec le public. Le principe est d’octroyer temporairement, gracieusement, un un espace-atelier à quatre artistes afin de favoriser la création de leur projet artistique expérimental en les accompagnant, par la mise à disposition de moyens financiers, d’une équipe administrative et technique et de logement ponctuel. La bourse est clôturée par une exposition collective et l’édition d’un catalogue.

 

R20/21

Suite à la crise sanitaire, les boursiers de 2020, à savoir Eva Dinneweth, Lina Manousogiannaki, Jehanne Paternostre, Pétra Vanwichelen, Maïlys Lecoeuvre, Lisa Plaut, Arnaud Rochard et Charlotte Stuby, ont dû interrompre leur recherche en mars 2020. Les cinq premiers artistes ont repris le fil de leurs expérimentations et saisi l’occasion de les poursuivre exceptionnellement durant une année supplémentaire. Toutefois, retrouvez les travaux de l’ensemble de la promotion R20/21 à partir du 18 décembre lors de leur exposition de clôture.

 

R22

La bourse de recherche se réinvente à partir de 2022 ! Dans le but d’offrir un meilleur accompagnement aux artistes, TAMAT, en collaboration avec son Conseil Culturel, a modifié l’appel, le règlement et les critères de sélection de la bourse. Dorénavant, quatre artistes investiront les ateliers en 2022, à savoir Peter Depelchin, Louise Limontas, Camille Peyrachon et Araks Sahakyan.


Dates à épingler

JEU. 27 JAN.      Portes ouvertes pour candidatures R23
DIM. 13 FÉV.     Finissage R20-21


 

APPEL A PROJET 2023

 

  • Découvrez l’appel ICI

 

  • Postulez (avant le 28 février 2022) ICI

 

  • Téléchargez le règlement ICI 

 

 

Nos boursiers

La promotion 2020

Eva DINNEWETH

Je travaille avec des objets et des situations trouvés et je m’intéresse à la façon dont les choses se rapportent les unes aux autres et au monde dans un jeu de donner et de recevoir du sens. Je veux étudier comment le textile, en tant que matière fluide, est en relation avec son environnement, comment il peut dissimuler, englober, accentuer, transformer par de simples interventions de l’artiste.


 

Lina MANOUSOGIANNAKI

Lina MANOUSOGIANNAKI

Mes recherches à TAMAT tournent autour du sens du toucher. En combinant photographie et broderie, j’essaie de créer une nouvelle œuvre tangible qui peut être vécue non seulement en regardant mais aussi en touchant. Je me concentre sur le sens du toucher car j’essaie aussi de comprendre et d’explorer les aspects de la temporalité. Quel impact peut avoir sur les gens l’effet de pouvoir toucher le travail des artistes et quel impact peut avoir le toucher sur une œuvre ? La combinaison de différents sens peut-elle accentuer l’expérience de l’art ?


 

Jehanne PATERNOSTRE

Jehanne PATERNOSTRE

Le point de départ de mes recherches est l’atelier de restauration de tapisseries de TAMAT. Les gestes et les techniques de conservation, les archives, sont ma source d’inspiration pour parler de notre relation au temps et à la mémoire. Quelle position adopter face à l’usure inexorable qui entraîne trous, effilochages, disparition et relâchement des fils ? Je réalise mes premiers échantillons de tapisserie trouée, je filme les mains qui réparent, j’interviewe des propriétaires de tapisseries…


 

LISA PLAUT

Lisa PLAUT

Ma recherche au TAMAT est une tentative de rentrer en lien avec les tapisseries anciennes de la collection du musée. Je les considère comme des pièces de conversation. Elles semblent toujours susciter quelque chose, peut-être parce qu’elles ne sont pas des peintures, elles sont plus rares, moins évaluées, à cheval entre l’objet d’architecture intérieure et l’oeuvre d’art, ce qui renforce leur étrangeté.

 

C’est dans cette brèche de l’étrange que j’ai décidé de converser avec les tapisseries, glanant des points d’ancrages extérieurs à celles-ci comme les imprimés de boite de pizzas surgelées, les coiffures dites « balayage », ou intérieurs, comme le regard des chevaux de bataille et leur harnachement militaire, les trois actes de la vie de cette femme accusée de cannibalisme durant la famine. Mon objectif est de rendre visible cette perméabilité entre le réel et l’imaginaire et faire dialoguer mon inconscient et celui des tapisseries.


 

Arnaud ROCHARD

Arnaud ROCHARD

Pour mon année en tant que boursier à TAMAT, je continue mes recherches sur les tapisseries anciennes et les techniques de papiers peints.
Je souhaite travailler autour de l’idée de papier peint panoramique en imprimant des linogravures sur tissus. Pour moi la gravure n’est pas une fin en soi mais un prétexte à se faire visiter par la couleur autant que par les volumes. Je compte réaliser des études en céramique dans le but de tisser des liens entre art, artisanat et arts décoratifs.


 

Charlotte STUBY

Charlotte STUBY

Mon travail ici est composé de diverses recherches. J’aimerais particulièrement élaborer de nouvelles compositions narratives en textile en utilisant plusieurs techniques classiques. Ces récits se présentent comme des paysages imaginaires, frontaux, hasardeux, inspirés notamment de mythologies personnelles. Des assemblages à la fois figuratifs et organiques qui deviendraient des drapés énigmatiques.


 

Pétra VANWICHELEN

Pétra VANWICHELEN

J’essaye de transformer des matériaux mous et de les détourner de leur fonction première. En partant du vécu et en utilisant des techniques mixtes, je tente de provoquer un autre regard. Les vides sont aussi importants que les structures denses. Par la couleur, le bleu de Tournai, je crée un lien entre l’histoire et aujourd’hui. Une chaine mobile de crochet et tricot tubulaire.


Maïlys LECOEUVRE

Ma recherche à TAMAT commence par l’observation de l’esthétique et des techniques employées pour réaliser les vêtements liturgiques et les icônes brodées. Après un questionnement sur les idolâtries contemporaines, j’ai choisi de broder à partir des publications de Kim Kardashian qui met en scène sa vie sur les réseaux sociaux. Une icône virtuelle, de chair et de silicone, qui comptabilise 161 millons de fidèles/followers dont l’adoration est exprimée par des likes et des ❤💎😍🔥🙏💋

#kkw #kkwbeauty #selfie #me #myself #followme #icon #socialselling #idol #virtualreality #instagood #prayforus


Bientôt disponible !

Bientôt disponible !

Bientôt disponible !

Bientôt disponible !